Historique    Print
Si de nos jours Koekelberg évoque une acropole, il n'en était rien jadis. La riante vallée du Paruck suffisait à sa renommée...

Les eaux claires dévalaient les pentes du Molenveld, puis s'étalaient en quelques étangs pour aller enfin se réunir au Maelbeek, non loin des Etangs noirs, avant d'aller rejoindre la Senne. Jusqu'en 1869 le Paruck marquait la séparation entre Koekelberg, hameau de Berchem-Sainte-Agathe, et Molenbeek-Saint-Jean.

Ces eaux baignaient autrefois les murs d'un château, que les seigneurs de la terre bâtirent non loin du confluent pour la beauté du site. Autour de cette demeure fortifiée vinrent trouver protection les manants et quelques fermes. C'était l'origine d'une petite agglomération.

La première lignée seigneuriale était issue d'une noble famille patricienne, les "de Coeckelberge", citée dès 1220 dans des actes.

C'est ici que l'on retrouve une première trace du nom de la commune.

Quelle est la signification du nom KOEKELBERG ? Il existe plusieurs versions quant à son origine. Parmi celles-ci, la suivante nous paraît la plus sympathique :
"Koek" signifiait en flamand ancien une motte de terre.
"berg" se traduit par montagne, colline.
Koekelberg signifie dès lors une montagne ou colline de forme ronde.

Le château n'engendra autour de lui qu'une petite agglomération de paysans. Koekelberg aurait conservé son caractère rural inaltéré jusqu'à la grande poussée urbaine du XIXe siècle, si d'autres facteur n'étaient intervenus.

La population urbaine de Bruxelles s'accrut pendant le Moyen-âge. Son ravitaillement posa plus d'un problème. Les campagnes environnantes furent amenées à toujours fournir plus de blé, plus de légumes, plus de lait, plus de beurre, plus de fromages,.....en échange de fabricats urbains On comprend dès lors que le Magistrat de Bruxelles chercha à étendre sa juridiction. Les seigneurs de Koekelberg ne prétendirent cependant pas céder leurs prérogatives. Koekelberg ne fit donc jamais partie de la "Cuve de Bruxelles".

Le village de Jette envoyait ses produits par une route rejoignant la chaussée de Gand, la plus importante voie traversant la région. Or, dans l'angle que formaient les voies s'inscrivait le territoire de Koekelberg.

Les siècles suivant virent Koekelberg se modifier profondément. Il faut en chercher la raison dans l'importance accrue de l'abbaye de Dieleghem-Jette. Pendant tout le XVIIe siècle jusqu'à la fin du XVIIIe, la puissance de l'abbaye augmenta parallèlement à sa richesse. Un trafic constant s'établit entre l'abbaye et la ville. Il empruntait la route de Jette puis la chaussée de Gand et traversait donc Koekelberg. Le développement se porta uniquement le long de la chaussée de Dieleghem (actuellement la chaussée de Jette). Après un siècle de prospérité économique, Koekelberg se verra plongé dans le plus noire des misères. La route de Jette est désertée. L'abbaye de Jette ne fut pas épargnée par les révolutionnaires français.

Administrativement parlant, Koekelberg faisait partie intégrante de la commune de Berchem-Sainte-Agathe, centre essentiellement rural. Les nouvelles transformations que Koekelberg allait subir dès le début du XIXe siècle vinrent de Molenbeek-Saint-Jean, envahie par le développement urbain de la ville.

Les terrains de Molenbeek, traversés par les différents bras de la Senne étaient trop humides et trop souvent inondés pour être recherchés de la classe bourgeoise aisée. Des industries s'y installèrent. Elles restèrent isolées un certain temps au milieu des champs et des prairies. Puis autour d'elles vint se fixer une population ouvrière. Le développement intense de la bâtisse provoqua une plus value foncière que les nouvelles industries désireuses de bénéficier du marché de main-d'œuvre qu'offrait le surpeuplement de Molenbeek, cherchèrent à s'installer ailleurs. Elles choisirent tout naturellement les terrains de Koekelberg tout proches.
Cette industrialisation fixa petit à petit une population ouvrière qui caractérise, encore de nos jours, le bas de la commune.

Suivant le vœu émis par les habitants, une loi fut votée en 1842 par laquelle Koekelberg devint une commune distincte de Berchem-Sainte-Agathe.

Les années ont passé et Koekelberg s'intègre depuis 1989 dans la Région de Bruxelles-Capitale.

(extraits d'une étude de M. A. PARDOEN)

Quelques photos du début du siècle: (à comparer avec les photographies actuelles des mêmes sites présentés sur la page de présentation de la commune)

 

Image
Maison communale
Image
Ancienne Basilique du Sacré-Coeur

Image
Boulevard Léopold II
Image
Brasserie de Koekelberg

Image
Parc Elisabeth
Image
Chapelle Sainte Anne

Image
Place Simonis
Image
Le Kiosque du Parc Elisabeth

Toutes les photos d'archive sont aussi accessibles depuis la page d'accueil.

 



<<<

 
Maison communale
Place Henri Vanhuffel 6
1081 KOEKELBERG

Ouverture :
LU. 08.00 - 12.00 | 13.30 - 16.45
MA. 08.00 - 12.00 | 13.30 - 18.45*
ME. 08.00 - 12.00 | 13.30 - 16.45
JE. 08.00 - 12.00
VE. 08.00 - 12.00 | 13.30 - 16.45
*Uniquement les services Etat civil et Population


02/412.14.11
02/414.10.71
@ info.1081@koekelberg.brussels

 

 
 
 
Agenda
»  
 L M M J V S D
»       
1
2
3
»
4
5
6
7
8
9
10
»
11
12
13
14
15
16
17
»
18
19
20
21
22
23
24
»
25
26
27
28
29
30
31
»        








Dimanche 17 décembre
Koekelberg
DIM


LUN


MAR


Le temps actuel :
Koekelberg

T° : 0.9 °C
Sol. Rad : 16 W/m²


MeteoBelgique Une météo complète ?
www.meteobelgique.be
Qualité de l'air
Prévision
xxxx : 2 (Très Bon)
Lun  : 2 (Très Bon)
Mar  : 3 (Bon)

Made, designed & hosted by ICT Koekelberg ©2012
Contact Webmaster